La Kinésithérapie dans la reconstruction du sein

L’ENDERMOLOGIE® MÉDICALE, LA KÉNÉSITHÉRAPIE, ET TECHNIQUES MANUELLES POUR LA RECONSTRUCTION DU SEIN APRÈS MASTECTOMIE À BORDEAUX
Article issue de KINEACTU Juin 2018

L’Institut du sein, à la clinique Santa Maria, à Nice, a développé une prise en charge innovante des patientes atteintes de cancer du sein. Il propose par exemple “une journée de diagnostic rapide, pour épargner aux femmes l’angoisse liée à l’attente des résultats”, explique le Dr Kaïs Razzouk.
Pour les femmes contraintes de subir une mastectomie (30 % des patientes opérées d’un cancer du sein), à qui on propose classiquement un protocole de reconstruction assez lourd et long, celui-ci a par ailleurs conçu “un protocole de reconstruction mini-invasive, en douceur, quasiment en ambulatoire, grâce à l’association inédite du lipofilling [1] et de l’endermologie médicale”. Cela “limite l’impact  cosmétique(aucune cicatrice supplémentaire) et psychologique de l’intervention”.


Une collaboration étroite avec les kinésithérapeutes.
L’intervention d’un kinésithérapeute permet, dans ce cadre, “d’améliorer la souplesse et la trophicité de la peau et ainsi d’optimiser la qualité tissulaire”, a constaté le Dr Razzouk, qui a “intégré l’endermologie® médicale de manière systématique à son protocole, afin d’optimiser la répartition de la graisse injectée mais surtout de préparer la peau au lipo-filling”.

Le protocole se déroule en 4 phases :

  • kinésithérapie (phase de mobilisation post-opératoire précoce, à distance de la radiothérapie, avec le Cellu M6 Alliance® 20 séances en moyenne),
  • lipofilling (“2 ou 3 séances d’injection suffisent généralement pour une reconstruction complète du sein”, précise le Dr Razzouk)
  • kinésithérapie à nouveau (soins tissulaires effectués au minimum 3 semaines après le lipofilling, pour entretenir la revitalisation de la peau et aider à la répartition de la graisse injectée)
  • et, enfin, pose de prothèse si nécessaire (en moyenne 3 mois après la dernière séancede lipofilling).

Reconstruction du sein droit par 2 séances de lipofilling
après mastectomie totale et radiothérapie.
Photo à 1 an.

 
[1] Injection de graisse autologue destinée à augmenter le volume mammaire.

 

À noter que grâce à l’intervention du kinésithérapeute, le lipofilling peut être réalisé sur une seule journée : la patiente arrive à l’Institut du sein le matin et rentre chez elle le soir même, moyennant un encadrement adapté, ce qui est plus confortable pour elle.

La collaboration étroite du chirurgien avec les kinésithérapeutes libéraux autour de l’hôpital est l’une des clés de la réussite du protocole.

 

Les patientes sont satisfaites
À ce jour, une centaine de patientes ont déjà été prises en charge selon ce protocole à l’Institut du sein, mis en place en juin 2012. “Le taux de satisfaction des patientes est de plus de 90 %”, se réjouit le Dr Razzouk. “Elles ont peu de séquelles, peu de douleurs et le résultat esthétique est optimal. Et surtout, on a pris en compte leur bien-être”, tout au long de
leur parcours de soins, ce qui est loin d’être accessoire. Le chirurgien continue, avec ses équipes, à “optimiser chaque phase du protocole pour un
résultat optimal”.
En France, 6 autres chirurgiens ont expérimenté ce protocole. Tous participent activement à une étude multicentrique ouverte en septembre 2017 par la société LPG, dans le but de valider les résultats obtenus, pour pouvoir ensuite le diffuser plus largement.

 

POURQUOI APPEL À UN KINÉSITHÉRAPEUTE SPÉCIALISÉ ?

  • Aider à la cicatrisation en optimisant la micro-circulation
  • Traiter les complications veineuses et lymphatiques grâce à une action drainante 3 fois plus rapide qu’un drainage manuel
  • Minimiser les phénomènes douloureux liés à la cicatrice
  • Intervenir sur les problèmes de fibrose liés à la radiothérapie
  • Prévenir l’apparition des adhérences et des coques

 

Lors de la pose de prothèse :

  • Favoriser la récupération de la mobilité du membre supérieur
  • Réduire l’état inflammatoire
  • Intervenir de façon plus précoce

 

► Voir aussi : Article sur L’ENDERMOLOGIE® MÉDICALE : un atout maître pour la reconstruction du sein après mastectomie